Football : Focus : Laurent Blanc, pas encore fait pour l’exportation
tournois

Tournois

12

Football : Focus : Laurent Blanc, pas encore fait pour l’exportation

16 juin 2015

Laurent Blanc sort d’une année durant laquelle il a réalisé un triplé inédit avec le Paris Saint-Germain. Cependant, il n’apparaît pas comme un entraineur de rang mondial notamment à cause de ses manques de résultats sur le plan européen, en club ou en sélection. Le PSG peut-il continuer à grandir avec Laurent Blanc ? Eléments de réponse.

Laurent Blanc s’est construit en tant qu’entraineur un palmarès à la hauteur du grand joueur qu’il était. Champion du monde et d’Europe avec l’Equipe de France en 1998 et 2000, sa carrière en club fut plutôt mouvementée. Surnommé « Le Président » lorsqu’il évoluait au poste de défenseur central après avoir débuté comme milieu de terrain, il a fréquenté quelques-unes des meilleures équipes d’Europe. Passé par Montpellier, Naples, Nîmes, Saint-Etienne, Auxerre, Barcelone, Marseille, Inter Milan et Manchester United, il devra néanmoins attendre d’évoluer au sein de l’équipe anglaise pour découvrir les joies de la Ligue des champions, une compétition qui lui cause encore des problèmes aujourd’hui. Actuellement à la tête du Paris Saint-Germain, il excelle sur le plan national mais peine à séduire hors des frontières que ce soit en club ou lorsqu’il était à la tête de l’Equipe de France. Laurent Blanc peut-il permettre au club de la capitale d’atteindre ses objectifs européens ?

Impérial sur le plan national

Laurent Blanc est un entraineur au palmarès très conséquent sur le plan national. Normal vu qu’il dirige un PSG au budget démesuré diront les mauvaises langues. Toujours est-il que le cévenol a ouvert son compteur avec les Girondins de Bordeaux dès sa deuxième saison parmi l’élite en remportant le championnat, un an après avoir fini à la seconde place et été élu meilleur entraineur de Ligue 1. De plus, il est celui qui a mis fin au règne de l’Olympique Lyonnais qui trustait la première position depuis 7 ans. Lors de sa troisième saison, son équipe réalise un début de saison tonitruant en championnat et en Ligue des champions. Champion d’automne avec 9 points d’avance sur le deuxième, il se paie le luxe de terminer premier de sa poule devant la Juventus Turin et le Bayern Munich. Cependant, la non prolongation de son contrat et le fort pressentiment l’envoyant alors à la tête de l’Equipe de France après la Coupe du Monde 2010 détruiront cette belle dynamique. Le club bordelais est éliminé en quart de finale de la ldc par Lyon, s’incline en finale de la Coupe de la Ligue contre Marseille et termine finalement à une décevante 6ème place en championnat. Comme pressenti, Laurent Blanc prend alors la succession de Domenech en Equipe de France.

Après cet épisode sur lequel on reviendra plus tard, Blanc s’engage en faveur du Paris Saint Germain à l’été 2013 après un an sans entrainer. Ce n’est pas un secret que d’affirmer qu’il était loin d’être le premier choix du président du club Nasser Al-Khelaïfi pour remplacer Carlo Ancelotti qui venait de remporter le championnat. Laurent Blanc arrive alors avec des envies de titres et de beau jeu. Dès sa première saison il réalise le doublé championnat-coupe de la ligue avec un record de points à la clé. Avec 89 unités, il détrône la précédente marque établie par l’OL. Meilleure attaque et meilleure défense, la qualité de jeu est au rendez-vous mais l’élimination en quart de finale contre Chelsea après avoir pourtant remporté le match aller 3-1 reste comme le point noir de la saison.

Sa deuxième année à la tête du club de la capitale sera paradoxalement moins bonne sur le plan du jeu mais Paris réalise pourtant un triplé national inédit. En effet, jamais un club n’avait remporté le championnat, la coupe de la ligue et la coupe de France. C’est désormais chose faite et Laurent Blanc a gardé son poste grâce à cela. Car dès le début de saison, l’objectif fixé était clair, franchir un cap sur le plan européen. Ainsi, malgré l’exploit réalisé lors des huitièmes de finale contre Chelsea, Ibrahimovic et ses coéquipiers sont surclassés par le FC Barcelone au tour suivant. Une nouvelle fois Laurent Blanc se casse les dents lorsqu’il ne s’agit pas d’une compétition nationale.

Insuffisant hors des frontières

Laurent Blanc, comme lorsqu’il était joueur, ne parvient pas encore à dompter la grande Ligue des champions. Alors qu’il n’avait découvert cette compétition qu’à la fin de sa carrière de joueur avec Manchester United avec une demi puis un quart, il n’a pas réussi à dépasser le stade des quarts de finale que ce soit avec Bordeaux alors qu’il n’affrontait « que » l’Olympique Lyonnais et non pas un cador européen, ou avec Paris alors qu’il a entre ses mains une équipe taillée pour l’Europe. Réaliser des « exploits » comme ce fut présenté au lendemain de la victoire contre le FC Barcelone en phase de poule en septembre dernier ne sert à rien, d’autant plus que le PSG n’a même pas terminé à la première place de son groupe. Ainsi, non protégée lors du tirage au sort, son équipe a dû affronter Chelsea dès les huitièmes de finale. Une grande performance (car pour le coup c’en était une) c’est possible, mais deux la même année, c’est difficilement envisageable. L’obstacle du FC Barcelone, futur vainqueur de la compétition était compliqué, et Paris n’a pas existé lors de la double confrontation.

Il en va de même sur le plan mondial lorsque Blanc était à la tête de l’Equipe de France. Certes, il a récupéré une équipe qui venait de faire grève en pleine Coupe du Monde, du jamais vu. Cependant, son passage en tant que sélectionneur n’a pas marqué les mémoires. Pour son dernier match, en quart de finale (tient encore un quart) de l’Euro 2012 face à l’Espagne, il a tenté quelque chose pour contrarier une équipe qui venait de remporter l’Euro 2008 ainsi que la Coupe du Monde 2010 et qui écrasait tout sur son passage. En mettant un arrière droit, en l’occurrence Mathieu Debuchy, au poste d’ailier droit, Laurent Blanc a perdu son pari, et la France s’est incliné 2 buts à 0 sans avoir donné l’impression à un seul instant de pouvoir battre le futur vainqueur de la compétition.

Ces différentes expériences démontrent pour l’instant une incapacité à forcer le destin sur les compétitions avec un niveau très élevé. Pour ce qui est du cas du Paris Saint-Germain, c’est certainement parce qu’il manque à l’équipe le joueur qui pourrait faire basculer une rencontre.

Assez convaincant pour attirer des stars ?

Laurent Blanc a dans son équipe des stars telles que Zlatan Ibrahimovic, Edinson Cavani, ou encore Thiago Silva. Cependant, il ne parvient pas à faire cohabiter les deux attaquants et le suédois, plus sur la fin que le début, n’a de toute façon jamais pesé dans la conquête de la coupe aux grandes oreilles dans chaque club où il est passé. Ainsi, il manque LA star qui pourrait faire basculer le club de la capitale dans une autre dimension. Cependant, Laurent Blanc fait-il assez rêver pour pouvoir attirer ce type de joueurs ? On aurait plutôt tendance à répondre non. Depuis sa prise de fonction, les deux stars qui sont arrivées sont Edinson Cavani et David Luiz. Aucun des deux n’a permis de franchir un cap. Avec le fair-play financier, le PSG est freiné et ne devrait toujours pas recruter cet été un joueur du top 5 mondial. Ne manquerait-il pas un directeur sportif au PSG ? Certainement. Avec Léonardo et Carlo Ancelotti, au début de l’ère qatarie, Ibrahimovic, Thiago Motta, Thiago Silva, le prometteur Verratti et même David Beckham signaient à Paris. Ainsi, un dirigeant d’un standing supérieur à Laurent Blanc peut être une solution pour faire passer le club dans une autre dimension.

Avec un contrat qui court jusqu’en 2016, Laurent Blanc va devoir convaincre ses dirigeants de le prolonger. Une nouvelle saison réussie sur le plan national, ce qui l’a sauvé cette année, ne devrait pas suffire pour obtenir un nouveau bail au Parc des Princes. La seule solution pour continuer son aventure parisienne passe indéniablement par une longue et belle campagne européenne, ce qu’il n’a encore jamais réussi. 

Crédit photo: capture Youtube

Par Maxime Monthioux | En savoir plus : Tournois , Focus |
  dernière mise à jour : 16 juin 2015

Les autres news sur Tournois

Le Top 5 des musiques associées aux évènements sportifs ! Le 10 juin dernier, on apprenait que David Guetta serait l’ambassadeur musical de...

Football : L’arrêt Bosman, qu’est-ce que c’est ? Le football fait relâche en ce moment mais pas sur tous les plans. Si les joueurs ont...

Tennis 5 bonnes raisons de mater Wimbledon cette année ! L’édition 2015 de Wimbledon démarre lundi prochain. Qui succèdera...

Football : Focus : Laurent Blanc, pas encore fait pour l’exportation Laurent Blanc s’est construit en tant qu’entraineur un palmarès à la...

Les news Sport

Yannick Noah fait son grand retour à la tête des Bleus ! Ce qui devait arriver arriva ! Ce lundi 21 septembre, le sélectionneur de...

Pourquoi l'homosexualité est-elle encore tabou dans le sport ? Ce mardi 1 er septembre, le rugbyman anglais Sam Stanley, 23 ans, a fait son coming-out. Un...

Teen Choice Awards 2015 : qui sera sacrée sportive de l’année ? Le 16 août prochain, le Galen Center de Los Angeles accueillera les  Teen Choice...

Ligue 1 : Tous nos pronostics pour la saison à venir   Ca y est. Après deux mois d’absence, la Ligue 1 reprend ses droits ce...

Vos commentaires sur Football : Focus : Laurent Blanc, pas encore fait pour l’exportation